David Greem, tome 1 : La confrérie de l’invisible

David-Creem-tome1« Bienvenue à l’Institut Californien de Parapsychologie.
Cette année, nous travaillerons autour de trois grands axes :
perceptions extra-sensorielles, psychokinèse et décorporation. »
À l’université de Cap Rock, les élèves qui suivent le cursus du professeur Wiseman ne sont pas comme les autres. Leur originalité ? Ils possèdent tous des dons exceptionnels : télékinésie, télépathie, pyrokinésie… L’objectif de David en s’y inscrivant : découvrir la nature de ses capacités afin d’élucider la mystérieuse disparition de son grand-père.
Une quête qui l’emportera au-delà des frontières de la réalité, dans les zones insoupçonnées de l’Invisible, là, où, depuis toujours, se joue le destin de l’univers.

Voilà qui fut un très bon moment de lecture. Il faut dire que le thème y est pour quelque chose, la projection astrale _nommée ici décorporation_ m’ayant toujours intéressée. Cela doit procurer un sentiment étrange quand elle est vécue. Pour moi, ce phénomène pourrait exister. Je crois moins aux autres capacités extra-sensorielles qui apparaissent dans ce premier tome, comme la télékinésie qui me parait très surnaturelle. Les coupeurs de feu, existants dans La confrérie de l’Invisible, sont beaucoup plus plausibles. La télépathie, un peu moins. Mais ceci étant, tout est bien ficelé et rendu possible vu le contexte fantastique du roman. La lecture est très fluide car il y a un rythme régulier dans le dévoilement de l’intrigue. Les personnages sont tous attachants mais on attends d’en savoir plus sur Storm, un étudiant qui peut communiquer et interagir avec les poltergeist. Cela se fera sûrement dans le deuxième tome, attendu vivement pour découvrir si David et ses amis réussiront à vaincre le mystérieux Voleur d’Âmes… La découpe en quatre parties permet de lire le récit à son propre rythme, chaque fin de partie étant bien délimitée.

Puis, cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu de roman avec un héros plutôt qu’une héroïne. Voilà de quoi changer ma routine de lectrice. J’apprécie également le fait que cela ne soit pas trop scientifique et que cela reste compréhensif pour tout type de lecteurs, contrairement à ce que j’ai pu remarquer dans une autre saga de vampires écrite par une infirmière et dont les termes étaient incompréhensibles pour celui ou celle qui n’a pas fait médecine. Pourtant, dans cette lecture, certains passages étaient de type universitaires mais tout de même intéressants à lire et sans que cela dénature tout le reste du roman.

Une saga à découvrir, idéale pour les vacances d’été !
Une lecture qui ravira les nostalgiques de À la croisée des mondes ou encore de Artemis Fowl en passant par Harry Potter !

Merci à J’ai Lu pour ce partenariat !
David Creem, tome 1 : La confrérie de l’Invisible
De Richard Taleman
Éditions J’ai Lu
Disponible depuis le 21/05/2014 – 415 pages – 13,00 €

Publicités

Fin de ma collaboration avec Jeu de rôle magazine

Dans l’article précédent j’avais écrit : « Et pour rien au monde, je ne quitterais cette fabuleuse aventure ! »

Seulement voilà, certaines choses ne pouvaient pas se prévoir, comme le rachat de Jeu de rôle magazine par les éditions Le département des sombres projets.

Si je continuais l’aventure, c’était pour le plaisir d’écrire et celui de voir mes articles imprimés sur le papier. De plus, cela m’a permise de faire de belles rencontres dont les liens sont désormais renforcés.

Bien sûr, on m’a faite une proposition, mais si je ne peux plus écrire de chroniques littéraires, à quoi bon continuer ? Si je faisais cela, c’était avant tout par passion. Or, aujourd’hui, il s’avère que je constate avec regret, que les passions sont de plus en plus bafouées à cause des intérêts purement financiers. Cela peut se comprendre, la société actuelle poussant à agir comme cela pour réussir…

Ainsi, voilà, j’annonce publiquement mon départ de chez Jeu de rôle magazine à partir du numéro 28 (il n’y aura pas de dossier steampunk n’étant donc plus la responsable dossiers). Je préfère continuer à exercer ma passion plutôt que de faire autre chose qui n’a plus rien à voir. Le format papier me manquera forcément, mais au moins, avec ce blog, je pourrai faire uniquement ce dont j’ai envie.

Puis, cela me libérera du temps pour l’organisation de la troisième édition du Salon Fantastique dont le thème principal sera le steampunk. Voyons le côté positif, du moins, essayons 😉

Les remerciements ne sont pas vraiment mon truc, aussi merci à tous ceux qui ont contribué à cette fabuleuse aventure (je ne prends ainsi pas le risque d’oublier qui que ce soit).

Heureusement, même si c’est sur ce blog ou ailleurs, l’aventure continue !

Martyrs d’Oliver Peru (Jeu de Rôle Magazine numéro 23)

Lectrice compulsive, béni fut le jour où j’ai fait partie de l’équipe de la rédaction de Jeu de Rôle Magazine !
Après une discussion avec Aranae, je me demandais quel fut mon tout premier service presse pour Jeu de rôle Magazine. Il s’agissait de Martyrs d’Oliver Peru, un inédit paru chez J’ai Lu. C’était pour le numéro 23 (Juillet/Août/Septembre 2013), aussi, j’ai décidé de publier certaines chroniques et critiques pour montrer mon travail, celles qui m’ont le plus marquées pour différentes raisons très personnelles qui ne seront pas forcément étalées sur la place publique. Bien sûr, je ne mettrai pas les chroniques du numéro disponible en kiosque, ni de celui qui sera à paraître.
J’ai toujours rêvé d’écrire dans un magazine, car je trouve cela beaucoup plus concret que tenir un blog et surtout, plus professionnalisant. L’exercice n’est pas du tout le même, car l’erreur est moins tolérée pour un tel format de presse et pour progresser, il n’y a rien de mieux.  Tout cela m’apporte que du bonheur avec de belles rencontres, que ce soit des auteurs, des éditeurs, des professionnels dans le média…
Et pour rien au monde, je ne quitterais cette fabuleuse aventure !

martyrs

Le Salon Fantastique, mode d’emploi

C’est un autre sujet qui me tient à cœur dont je vais vous parler. Depuis septembre 2012, je suis la responsable des animations et de la centralisation des intervenants du Salon Fantastique 2013, Les Journées Fantastiques. Durant le Salon Fantastique 2012, j’ai juste été un staff bénévole pendant les quatre jours du salon. Les retours de la première édition nous ont permis à tous d’avancer et d’améliorer les prestations. La majorité des visiteurs avaient regretté que la littérature n’était pas assez mise en avant et qu’il n’y avait pas suffisamment d’animations. Cette année, c’est très différent. Nous avons remuer ciel, terre et mer pour parvenir à offrir ce que les visiteurs attendent d’un salon, du moins nous l’espérons.

Où ? Hall A de l’Espace Champerret

Quand ?Vendredi 1 Novembre de 11H00 à 19H00                                                                                                                                      Samedi 2 Novembre de 11H00 à 19H00                                                                                                                                      Dimanche 3 Novembre de 11H00 à 17H00

logo-facebook-sf

Ce sont deux parties qui divisent le Salon Fantastique : d’un côté la littérature, de l’autre, les artisans, les jeux et les expositions. Et ce n’est pas tout : malgré l’absence de scène surélevée nous avons tout de même mis en place deux espaces scéniques. L’un pour ce qui est animations, spectacles et jeux appelé tout simplement La scène, et l’autre pour ce qui est littérature que nous avons nommé Café littéraire.

Mais que trouverez-vous sur La scène et au Café littéraire ?

  • Le Vendredi 1 novembre 2013

La scène

Les prestations sont pour le moment tenues secrètes (vive les teasing !)

Café littéraire

Une conférence « Des vampires des origines aux nouveaux vampires » aura lieu le Vendredi 1 novembre dès 12H00 avec Jeanne Faivre d’Arcier (Opéra Macabre chez Bragelonne), Barbara Sadoul (Les cent ans de Dracula et La solitude du vampire chez Librio) & Chris Vilhelm (Une culture de l’ombre : à la rencontre des gothiques chez Luciférines).

Elle sera suivie par une conférence de 45 minutes qui commencera à 13H00 dont le sujet sera « La culture gothique » avec Anthelme Hauchecorne (Punk’s not dead et Le Sidh, tome 1 : Âmes de verre chez Midgard) et Chris Vilhelm.

Un atelier d’écriture organisé par les Éditions Élénya vous est également proposé de 14H00 à 17H00. Les textes sélectionnées seront édités dans le fanzine Attention : inscriptions limitées à 10 personnes maximum.

Enfin, les Éditions du Chat Noir vous proposent de les retrouver de 17H00 et 18H00 pour rencontrer certains des acteurs et de leurs auteurs !

  • Le Samedi 2 novembre 2013

La scène

La Tribu d’Af’avel Deviant Sisters & Les compagnons de la mémoire d’Antan ouvrent le bal dès 11H00 pour un show époustouflant !

Une conférence sur « Jeux de rôle et société : Les liaisons dangereuses » introduira de 12H00 à 13H00 La plus grande Partie de Jeu de rôle du Monde. Anthony Boulanger (Géniteurs et fils chez le Chat Noir), Ophélie Bruneau (L’Ourobos d’argent chez le Chat Noir) et Anthelme Hauchecorne nous ferons part de leurs expériences dans le Jeu de Rôle.

Enfin, la scène sera réquisitionnée de 14H00 jusqu’à 19H00 pour inaugurer un record, celui de la Plus grande partie de Jeu de Rôle du Monde (Inscriptions en cliquant ici).

Le Café littéraire

Déjà présent à la première édition, Olivier Peru nous refait l’honneur de sa présence ! Il participera à la conférence « Créateur d’univers » en compagnie d’Anthony Boulanger, de Mathieu Coudray (Directeur artistique du Salon Fantastique 2013, JdR Magazine et Argemmios) et Nathalie Dau (Le livre de l’énigme, tome 1 : La somme des rêves chez Asgard).

  • Le Dimanche 3 novembre 2013

La scène

Pour garder du mystère d’ici la publication du programme prévu pour ce Lundi 14 octobre sur le web, je vais évoquer uniquement le concours de costume Fantastique qui aura lieu de 14H00 à 15H00.Inscriptions obligatoires ouvertes ici !

Le Café littéraire

Damien Maric présentera  de 12H00 à 13H00 « La dernière série avant la fin du monde » et animera de 14H00 à 15H00 la conférence « Comment on fait un roman fantastique ? », entouré de Jeanne Faivre d’Arcier, qui vous fait l’honneur de revenir le dimanche en plus du vendredi, et de Lisa Sureau (Les chroniques de Dyanta chez Overlook Publishing).

Portraits de quelques auteurs présents

Olivier_Peru486px-Sire_Cédric_-_Salon_du_livre_de_Paris_2010_terAVT_Jeanne-Faivre-dArcier_3658

Alors, vous hésitez encore ?

Pour rejoindre notre page Facebook et suivre les actualités du Salon, lien unique !

Pour rejoindre l’événement Facebook de ce salon, c’est par ici ! et pas ailleurs 😉

Pour réserver gratuitement vos billets (1 billet nominatif par jour et par personne), c’est là et uniquement là ! Sur place, l’entrée sera à 5€00 et gratuite pour les visiteurs costumés.

Pour prendre connaissance de la liste d’auteurs en dédicaces au Stand de l’Antre-Monde, c’est ici !

Quand l’écriture me manque

Cela faisait fort bien longtemps que je n’avais plus écrit un seul article sur la toile. Pourquoi ? Place aux confessions. Le format ne me convenait plus. J’avais plus de plaisir à produire pour du format papier. Puis, la vie est faite de surprises. Celles dont on se passerait bien. J’ai préféré abandonner un projet auquel je participais pour consacrer davantage de temps à l’écriture de mon roman pour le moment inachevé mais pas moins rempli. Non, ça c’est une fausse raison. La vraie étant que j’ai appris certaines choses qui m’ont faites prendre la décision d’arrêter de donner de mon temps à ce projet. Et puis, ensuite j’ai repris des études. J’ai réussi avec succès ma première année de Médiation culturelle tout en travaillant les soirs et en dormant peu les nuits. Seulement, un jour, une mauvaise nouvelle s’est immiscée dans ma vie, une de ces nouvelles qui te fait tout à coup ressentir toute la fatigue accumulée jusque là. Dès lors, c’était pour moi devenu très compliqué de continuer à suivre ce rythme de cours et de boulot. J’ai donc lâchement abandonné les cours qui ne me plaisaient plus. Mais là encore c’était un dénigrement. Car pour résumer et dire la vérité : plus rien ne me plaisait. C’était la phase d’acceptation. Et finalement, petit à petit, la raison est venue à moi. L’écriture me manquait. Voilà pourquoi je reviens dans la blogosphère. Quitte à ne pas mettre à jour régulièrement ce blog, ce sera mon endroit. Celui où je pourrai m’y réfugier quand j’en aurai l’envie. Un endroit où je pourrai faire exploser ma rage peut-être. Ou tout simplement un endroit où je pourrai partager ces petites choses qui font mon bonheur. Pas de ligne éditoriale donc. Ne vous attendez pas non plus à lire de la qualité, tout viendra ici du cœur. Je remercie la revue du Chant du Monstre pour l’idée du titre de ce blog, le Cabinet des curiosités. Un hommage en quelque sorte. J’ai dévoré la revue cette nuit et si vous aimez la nouveauté, l’originalité et l’éclectisme je vous la recommande fortement !